Lettre d'Eric Lynen à Marie-George Buffet

Publié le par Eric Lynen

Chère Marie-George Buffet,

 

Adhérent au parti depuis février 1972, c’est tout naturellement que j’ai été destinataire de tes vœux et d’une invitation à la réception amicale que le parti organise.

 

Mais es-tu au courant que depuis janvier 2009 je suis, ainsi que mes camarades de la section Halles Bourse des 1er et 2ème arrondissements de Paris, interdit de carte du parti.

 

Interdit de carte car pas exclu, pas démissionnaire non plus bref chassé sans doute (bien que ce cas n’existe pas dans les statuts), et cela après tant d’années d’engagement militant dans ce que je pensais être mon parti.

 

Tu ne peux pas ne pas être informée de cette situation.

 

Alors pourquoi un tel silence ?

 

Certes, j’ai exprimé avec mes camarades bien des désaccords qui seraient un peu long à développer dans ce mail et qui d’ailleurs sont bien connus.

 

Communiste je le suis et je le reste.

 

Mais quelle drôle de situation que pour rester fidèle à mon engagement de jeunesse il me faille aujourd’hui considérer cette exclusion - car c’est bien de cela dont il s’agit – comme un honneur.

 

Militant d’entreprise, lundi matin comme tous les jours,  je retrouverai mes camarades de travail dans l’entreprise où je travaille depuis l’âge de 16 ans.

 

« Entreprise nationalisée en 1945 et privatisée en 1996 avec l’accompagnement de la gauche plurielle »  – ce qui nous ramène sans doute aux raisons politiques d’une telle situation.

 

Privés de carte du parti, chassés des locaux que nous  avons achetés et entretenus depuis 39 ans, trainés par mon parti avec mes camarades devant les tribunaux, cela pourrait être un excellent  thème de film  qu’en penses-tu ?

 

A propos de tribunaux  il est « cocasse », que ce soit au nom de l’exercice du sacro-saint droit de propriété, que ma secrétaire de section, Simonne Goënvic, élue par ses camarades, ait été trainée devant la justice (de classe) par un parti qui se dit encore communiste, non ?

 

Décidément là où il y a propriété il y a le pouvoir...

 

Autre sujet donc de réflexion pour tous ceux qui n’ont pas renoncés à abattre le capitalisme, les classes sociales, l’Etat et qui pensent que le communisme est l’avenir de l’homme.

 

Bon je te l’accorde j’ai probablement beaucoup de chance de ne pas avoir « milité » - à supposer que cela avait une réalité – au PCUS  car ce mail à peine envoyé la police frapperait sans doute  à ma porte.

 

Tu le comprends bien, Lundi 11 janvier 2010 je ne serai pas au Colonel Fabien, peut être que Robert Hue lui il y sera (avec sa carte) car je ferai le choix d’être auprès de mes camarades, la lutte continue.

 

Eric Lynen

26 square Eugénie Cotton

78190 Trappes

 

Publié dans Dernières nouvelles

Commenter cet article

canaille le rouge 11/01/2010 21:32


Aussi digne que fort
Ce qui n'est pas peu dire.

Une autre tenue que de rappeler que Seguin aimait le foot en oubliant de rappeler qu'il cassait la sécu ou cautionnait le traité de Lisbonne entre deux passages au stade de France.

L'avenir de l'idée communiste n'est vraiment pas là où ils se pensent capable de la confisquer.