Réunion de la section, hors ses murs

Publié le par PCF Section Halles-Bourse

Chèr(e)s Camarades,

 

 

Les communistes des 1er et 2ème ne baissent pas les bras, privés de leur local, ils se sont réunis Mardi 2 Février au CAFE du CROISSANT (lieu historique où Jean Jaurès fut assassiné en1914 )

 

Ils entendent poursuivre l’action pour la reconnaissance de leurs droits d’adhérents, pour la restitution de la propriété d’un local qu’ils ont acquis et financé depuis 39 ans.

 

Ils remercient chaleureusement tous les camarades et amis qui de toute la France leur témoignent un soutien, celui-ci ne faiblit pas, cela compte et va compter.

 

Salut fraternel à toutes et à tous

 

Pour les Communistes des 1er et 2ème

 

Simonne GOENVIC

 

Publié dans Dernières nouvelles

Commenter cet article

canaille le rouge 04/02/2010 22:52


Que des potiches perclus de compromission avec les caciques du PS se retrouvent ici candidat au côté de Frèche (et Gayssot n'est pas le seul même s'il est emblématique) ou comme Hue co-animateur
d'une recomposition politique avec la droite et Cohn-Bendit, pas de problème la direction leur donne leur carte du P"C"F. Sans même demander à quel taux ils cotisent
Les mêmes dirigeant nationaux qui fournissent leur cartes aux susmentionnés demandent de payer un an d'avance de cotisation et la présentation d'un justificatif de revenu pour avoir une carte du
PCF. Un jeune salarié SDF (à Paris ils sont très nombreux y compris dans les services publics) un chômeur ou une veuve à pension de réversion qui s'est fait casser la gueule à Charonne n'a plus le
droit d'adhérer au PCF ? C'est où dans les statuts ? Et pourtant voila les pratiques de la Bessac-Buffet connexion (Il faut maintenir dame Buffet puisqu'en plein CN, elle couvre ces pratiques.
Ces carambouilleurs dans les statuts reversent-ils toujours leurs indemnités d'élus à la trésorerie ?
A l'époque où des communistes dirigeaient encore ce qui était encore le PCF, c'était un des signes forts d'une conception de la politique, elle donnait du sens à l'engagement.
90 ans après le congrès de Tours, des militants avec qui par ailleurs il peut y avoir discussions et débats mais qui portent sur le terrain réel l'image d'un parti disponible pour les gens restent
à leur côté contre les casses d'emplois et les opérations de promoteurs veulent leur carte ? Dehors, interdit d'êtres au PCF On réserve cela à des acteurs en vue qui appelle à voter Sarkozy.
Les pieds nickelés mutants réfugiés politique place du colonel Fabien, eux, sont visibles "au groupe", à l'hôtel de ville, mais jamais plus sur les piquets de grève. Les sans papier politique du
PCF du 1er 2ème y sont
Ceux qui se battent contre les expulsions sont expulsés durant leurs actions militantes par ceux qui ne savent même plus à quoi ressemble une cité populaire et ne se sont jamais coltinés avec un
huissier ou un commissaire pour empêcher la mise sur le trottoir d'une famille.
Les bannis du PCF du 1er 2ème si, ils y sont.
Ceux qui rue Montorgueuil se battent pour l'école publique sont combattus par ceux qui rue Barbet de Jouy ne s'opposent pas à Huchon la droite le PS et le FN réuni qui votent l'attribution de
crédit public à l'enseignement privé au conseil régional.
Les communistes du 1er 2ème, eux, sont rue Montorgueil et se battent pour la Laïcité,
Avec ces exemples, tout et dit.
A Paris, pour agir en communiste il se confirme qu'il vaut mieux être banni, à l'extérieur qu'à l'intérieur de cette organisation. Bientôt ils n'auront plus d'espoir que dans la cession des
concessions du Père Lachaise, la fin du fin de leur stratégie immobilière …et pour autant l'idée vivra. Ce n'est pas moi qui le dis, ce sont leurs actes de gardiens d'un temple qui n'est plus qu'un
dogme qui le démontre.

C@n@ille le Rouge