Patrice Bessac délocalisé en Seine Saint Denis !

Publié le par Emmanuel Lyasse

Patrice Bessac, l'homme qui dégaine assignations, huissiers, expulsions plus vite que son ombre, était sur la liste du Front de Gauche aux régionales à une très modeste septième place à Paris. Ce qui, compte tenu du score du FdG et des conditions de la fusion avec Huchon, semblait exclure sa présence en position éligible sur la liste PS pour le deuxième tour.

Effectivement, en découvrant la liste parisienne d'Anne Hidalgo (la copine de son copain Lhostis), on constate son absence. Mais on est vite rassuré si on va voir ailleurs. Surprise ! Il figure sur la liste de Seine Saint Denis, en position éligible à coup sûr. Se serait-il inspiré des très parachutistes aventures de Ian Brossat  ? Je change de circonscription électorale comme de chemise, l'important c'est d'être élu. Quand le PS ne veut pas de moi quelque part, je vais ailleurs.

Cela appelle quelques remarques:

1) Nous conseillons aux camarades de Seine Saint Denis de surveiller leurs locaux de près. Une ère nouvelle de prospérité pourrait s'ouvrir pour les huissiers de ce département.

2) Est-ce très honnête vis-à-vis des électeurs ? On le fait voter pour une liste au premier tour, puis on va vendre leurs voix au PS, au profit de candidats très différents. Le Front de Gauche avait mis en valeur la présence de Sylvie Bayle, postière et syndicaliste, en deuxième place à Paris. Elle a totalement disparu dans la liste fusionnée. En revanche, le septième va s'assurer le maintien de sa prébende ailleurs. A Paris, arrive une ex LCR présentée au premier tout dans les Yvelines. Après, on se demande pourquoi les Français s'abstiennent massivement.

3) Etait-il très utile de faire voter les communistes de Paris et de Seine Saint Denis (du moins ceux qui n'avaient pas été exclus arbitrairement, comme nous) sur des listes qui ne servaient manifestement qu'à amuser la galerie, avant présentation des listes réelles sans consultation aucune au deuxième tour ? Au premier, on affiche sa volonté de renouvellement, et on met les sortants derrière. Au second, les premiers des listes "renouvelées" passent à la trappe, et les sortants voient leur réelection garantie.

Serait-il excessivement injuste de constater que pour Bessac et Buffet, il en des élections comme des locaux communistes financés par les militants: par ici le fric, peu importe la démocratie ?

 

Publié dans Dernières nouvelles

Commenter cet article

Caroline ANDREANI 21/04/2010 18:41


Ce n'est pas (ou plus) un scoop : Patrice Bessac n'est pas parachuté en Seine-Saint-Denis. Il est envoyé dans nos rudes terres pour reconquérir Montreuil... Dominique Voynet peut dormir sur ses
deux oreilles.


Emmanuel Lyasse 20/03/2010 10:40


On en parle dans Le Monde.
Pas question évidemment pour nous de prendre parti dans la grande bagarre des chasseurs de prébendes.
Il s'agit juste de constater avec tristesse que, pour les dirigeants du PCF, il n'y a plus que cela qui compte.
L'argument de la "nécessité de reconduire les sortants" est particulièrement rigolo.

Comment la direction du PCF a placé ses protégés sur les listes de second tour
LEMONDE.FR | 19.03.10 | 12h52 • Mis à jour le 19.03.10 | 13h30


Les négociations de second tour pour les élections régionales sont à peine terminées entre le Parti socialiste et le Front de gauche (alliance entre le Parti communiste et le Parti de gauche) que
les candidats découvrent de drôles de pratiques de la part de la direction du PCF.
La Place du Colonel-Fabien a placé ses protégés sur les places éligibles qui lui étaient imparties. Quitte à les faire changer de département et à évincer ainsi des élus locaux reconnus. C'est le
cas notamment en Seine-Saint-Denis et dans le Val-d'Oise.


Dans une lettre adressée, le 18 mars, à Marie-George Buffet, leur secrétaire nationale, François Asensi et Patrick Braouezec, députés PCF de Seine-Saint-Denis, ainsi que Didier Paillard, maire de
Saint-Denis, dénoncent la composition de la liste réunissant la gauche et les écologistes au second tour.

Intitulée "Que fait le secrétaire de la fédération de Paris en Seine-Saint-Denis", la missive des élus rénovateurs interroge Mme Buffet sur l'absence du maire d'Aubervilliers, Pascal Beaudet,
"rétrogradé en position non éligible" pour faire de la place à Patrice Bessac, secrétaire de la fédération PCF de Paris.

"PARACHUTAGE"

"La direction du Parti communiste impose le parachutage de ce responsable parisien aux militants de Seine-Saint-Denis pour permettre à ce dernier d'envisager une carrière politique à Montreuil" et
"sacrifie la représentation des communistes de Seine-Saint-Denis au sein du conseil régional pour la seule promotion de dirigeants de ce parti", écrivent-ils.

Le même sort a été réservé à la tête de liste du Val-d'Oise. Jean-Michel Ruiz a dû laisser sa place – éligible – au conseiller régional sortant Francis Parny, pour atterrir à la 17e place.

M. Parny est un proche de Mme Buffet. M. Ruiz, candidat choisi par les militants du département, avait soutenu la candidature de M. Braouezec comme tête de liste régionale à la place de Pierre
Laurent, numéro deux du parti. "On me le fait payer", lâche-t-il, amer.

La direction nie toute chasse aux sorcières et justifie ces changements par la nécessité de reconduire ses sortants.


ZADIG 18/03/2010 21:16


Cela prouve que l'on peut être homo et droitier stalinien comme l'est le sieur Bessac, comme l'on peut être noir comme Obama et tout aussi à droite que Bush...


Michel Cornillon (PG 89) 18/03/2010 09:31


Il y a dans ce billet une note d'humour qui me réjouit. Il faut poursuivre dans cette direction, c'est le meilleur moyen de mettre les apparatchiks hors d'eux.
La lutte continue !