Lettre ouverte à Marie-Georges Buffet et au Bureau national du Pcf

Publié le par 32 comunistes



15 juin 2009

En janvier dernier, nous avons appris l'existence d'un conflit entre la Fédération de Paris du Pcf et la section des 1ers et 2e arrondissements de Paris à propos du local de cette dernière, 62, rue Montmartre à Paris. Simonne Goenvic, secrétaire de la section depuis plusieurs années, réélue à l'occasion du 34e congrès, était sommée de quitter le local et de donner les clés à un nouveau secrétaire, inconnu des adhérents (*). Et certainement pour accélérer le mouvement, le secrétaire fédéral Patrice Bessac et le PDG de la SA Rochechouart, Jérôme Relinger, avaient fait changer les serrures du local le 28 janvier 2009.

Bien entendu, les camarades des 1er et 2e arrondissements ont refusé. Il faut rappeler que ce local a été acheté en 1970 avec les fonds des adhérents du 2ème arrondissement et que depuis cette acquisition, les charges de copropriété, les frais d'entretien, de maintenance, etc. – ont été intégralement réglés par les communistes du 2ème. Pour mettre ce bien en sécurité, les camarades qui l'avaient acheté en SCI (société civile immobilière), ont cédé en 1993 la SCI à la SA Rochechouart, qui administre des biens immobiliers du Pcf. Ils l'ont fait en toute confiance, sans imaginer un instant qu'un jour, ils pourraient être victimes d'une tentative de vol !

La SA Rochechouart a attaqué Simonne Goenvic à titre personnel devant le Tribunal d'Instance du 2e arrondissement, pour occupation illégale, demandant qu'elle soit expulsée du local ainsi que ses camarades de la Section Halles-Bourse des 1er et 2ème !

Certains d'entre nous ont été au Tribunal d'Instance du 2e arrondissement pour assister à l'audience. Nous avons pu constater que l'avocate désignée par la SA Rochechouart –(puisque les administrateurs de la SA ou son Président n'ont pas daigné être présents à l'audience) –, avançait des arguments relevant du droit commercial. Mais à notre connaissance, ce qui régit les relations entre militants communistes, ce ne sont ni les avocats, ni le droit commercial.

Nous sommes dans un conflit d'intérêts entre communistes. D'un côté, les intérêts des camarades de la section des 1er et 2e arrondissements, qui font vivre leur section, qui mènent une bataille politique de proximité. De l'autre, un secrétaire fédéral qui se retranche derrière une société anonyme pour faire main-basse sur un local dont personne n'ignore la valeur.

Nous nous interrogeons donc aujourd'hui et nous t'interrogeons sur les points suivants :

A quel titre la Fédération de Paris se sent le droit de dépouiller une section du local qu'elle a acheté avec les fonds de ses adhérents, et que ceux-ci entretiennent à leurs frais depuis 39 ans ?

Quels sont les projets de la SA Rochechouart concernant ce local ?

Pour notre part, nous pensons que la démarche de la Fédération de Paris est ignominieuse. Dépouiller des camarades de leur local en abusant de la confiance qu'ils ont placée dans le Parti, les traîner devant les tribunaux pour faire pression sur eux, tout cela pour des visées des plus opaques, c'est exactement ce que nous ne souhaitons pas voir au Parti communiste. Nous ne sommes pas des capitalistes : nous le crions haut et fort. Alors aucun d'entre nous ne doit se comporter comme un voyou ou comme un vulgaire voleur !

Nous, signataires de ce courrier, exigeons que la SA Rochechouart abandonne ses visées sur le local de la section, qu'elle abandonne ses poursuites à l'égard de notre camarade Simonne Goenvic et que la Fédération de Paris ne cherche pas à faire main-basse sur ce local sur lequel elle n'a aucun droit, ni moral, ni financier.

La Commission des conflits, saisie par les camarades de la section des 1er et 2e arrondissements, a rendu un arbitrage récemment. Elle estime que l'élection du nouveau secrétaire de section n'a pas de légitimité, et que Simonne Goenvic est bien secrétaire de la section.

Signataires

Caroline ANDREANI, membre du Conseil national du Pcf (93), Daniel ANTONINI, membre du Pcf de 1958 à 2004, Corinne BECOURT, membre du Conseil national du Pcf (02), Marie-Christine BURRICAND, membre du Conseil national du Pcf, conseillère générale, section de Vénissieux (69), Robert CANONGE, Pcf Cavaillon (84), Guy CHAMPION, Pcf (80), Francis COMBES, poète, éditeur, Pcf Aubervilliers (93), Gérard EUZENOT, Pcf Cannes (06), syndicaliste, Vincent FLAMENT, cellule Pierre Simonnot, Lille (59), Gilles GOURLOT, membre du Conseil départemental de Paris (75), Jean-Pierre HEMMEN, membre du Pcf de 1953 à 2000, Georges GASTAUD, professeur, ancien membre du Pcf (62), Jean GUISTI, privé de Parti (84), Mireille GUISTI, Pcf Arles (13), Jean Jacques KARMAN, conseiller général, Pcf Aubervilliers (93), Léon LANDINI, membre du Pcf de 1942 à 1998 (92), Jean-Claude LANVIN, ancien maire dans le Pas-de-Calais, Pcf (84), Tedjinia Teddy LAOUFIA, membre du conseil départemental (84), Patricia LATOUR, membre du Conseil national du Pcf (93), conseillère municipale, Jean LEVY, animateur du blog "Ca n'empêche pas Nicolas", Prcf 91, Antoine MANESSIS, membre du Pcf de 1968 à 1983, Pierre MARTIN, Pcf (94), Michel MELINAND, Pcf (95), Pierre-Alain MILLET, professeur associé Insa  Lyon, adjoint Pcf au maire de Vénissieux (69), Pasquale NOIZET, membre du Conseil national du Pcf (75), Bruno NOTTIN, section de Montargis (45), Jean-Michel PASCAL, section Pcf Paris 20e (75), Guy POUSSY, ancien membre du Pcf, animateur de Combat (94), Gérard REQUIGNY, membre du Conseil départemental du 93, Pcf Saint-Denis, Eric RUIZ, Pcf (27), membre du conseil départemental, Pierre SAVIGNAN, Prcf 94, militant CGT métallurgie, Fabrice SELINGANT, professeur, syndicaliste FSU, section de Montargis (45), Serge TRUSCELLO, secrétaire de section de Vénissieux (69)

Publié dans Soutiens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article