Épatant: le discours de vœux de Bessac

Publié le

Trouvé sur le site de la fédé de Paris. "Patrice Bessac, secrétaire du PCF-Paris et Pierre Laurent, tête de liste du Front de Gauche en Ile-de-France ont présentés leurs voeux pour la nouvelle année, samedi dernier au siège de la Fédération de Paris (Place du Colonel Fabien- Paris 19è), devant plus de 300 personnes (militants, sympathisants et personnalités). La présence de nombreux militants, l’esprit combatif des discours a démontré le niveau d’ambition des communistes pour ces élections régionales."

Quand on le lit en pensant à nous soucis, on se demande s'il s'agit bien du même. On dirait que Bessac candidat à sa réélection aux régionales ignore totalement ce que fait Bessac patron de choc dans l'immobilier (qui n'a manifestement pas la même lecture de Darwin).

Sur point, cependant, il est cohérent: quand il se donne pour objectif de "casser la barraque". C'est très précisément ce qu'il a fait au 149 rue du Château, dans le XIVe. C'est manifestement ce qu'il veut faire au 62 rue Montmartre.
EL


Monsieur le Président du groupe communiste et élus du parti de gauche auConseil de Paris, Cher Ian, Madame la Présidente du groupe communiste au Sénat, Chère Nicole, Mesdames et Messieurs les représentants syndicaux et associatifs, Mesdames et Messieurs les élus, Cher Pierre Laurent, tête de liste en Ile-de-France Cher Eric Coquerel, tête de liste parisienne Mesdames et Messieurs, Chers Amis, Chers Camarades,

[…]

***

Permettez-moi quelques mots de biologie. Nous venons de fêter le bicentenaire de la naissance de Charles Darwin. Darwin a fait une découverte fondamentale, la théorie de l’évolution, et paradoxale s’agissant de l’Humanité. Fondamentale, car il découvre que le moteur de l’évolution des espèces, c’est la compétition naturelle, la sélection des plus adaptés dans l'accès à la reproduction.

Découverte paradoxale, car Darwin découvre que pour l’espèce humaine, cette compétition des premiers âges a produit au contraire le développement des instincts sociaux, de la sympathie, des valeurs morales. Nous sommes les seuls animaux qui au lieu de laisser mourir nos malades, les soignons par l’intervention de la science et de la solidarité sociale. Nous sommes les seuls animaux dont le moteur décisif de développement est la capacité à mutualiser nos efforts et nos intelligences. Nous sommes les seuls animaux où la progression des sociétés se fait toujours au détriment de la force et de la violence.

Darwin pense que ce qui fonde notre Humanité, c’est notre sympathie, c’est notre empathie, c’est notre capacité à comprendre la souffrance de l’Autre, c’est notre capacité à rejeter la raison du plus fort et à coopérer et à partager. Au fond dans le cas de l'espèce humaine, la sélection naturelle a sélectionné sa propre disparition. Dés lors, l'histoire humaine commence. Et une autre échelle de l'évolution apparait : celle des civilisations humaines.

***

En ce début 2010, je veux dire que nous devons avoir les yeux grands ouverts sur la réalité du monde qui se dessine et s’accélère depuis le déclenchement de la crise. Les classes dominantes sont placées devant une contradiction fondamentale. Elles savent que dans les conditions actuelles les dix prochaines années seront marquées par un accélération des facteurs de crise sociale dans l’ensemble de pays développés. Et elles ne sont pas prêtes à un nouveau compromis.

Elles en tirent comme conséquence que le recours croissant à ce que certains appellent la « démocratie autoritaire » est une option. « La démocratie autoritaire », c’est-à-dire l’alliance entre la domination des grands outils de communication, la peur comme méthode de gouvernement, l’abstention de masse comme objectif stratégique.

Ce que je décris est une part de la réalité présente mais pas toute la réalité. Dans le même mouvement, la crise financière, sociale, économique, écologique, la crise de civilisation a accéléré le passage dans une nouvelle période historique qui se caractérise idéologiquement par une remontée partout du rapport critique au capitalisme. Regardez tous les sondages d’opinion qui sont parus depuis la crise. Ils décrivent tous la même chose. Une critique du système et le sentiment d’être dans une impasse. Au fond aujourd’hui, l’obstacle dans les têtes ce n’est plus l’adhésion aux promesses de la société libérale, l’obstacle c’est l’absence de solution identifiée.

Cette réalité, fondamentalement nouvelle par rapport à la période précédente, doit conduire le mouvement communiste et de transformation sociale à un effort nouveau, radical dans son ambition et sa portée. Cet effort, c’est le grand retour des idées sur la scène politique. Cet effort c’est articuler aux luttes sociales immédiates des réponses de changement de société. Cet effort, c’est forger l’alliance nouvelle et fraternelle entre mouvement social, intellectuel et politique.

A nouveau, nous sommes entrés dans un moment historique pour l’histoire de l’Humanité et de nos idées. Le monde a brutalement accéléré. Et je veux vous dire à la fois la gravité du moment et l’enthousiasme qui est le mien. Car dans cette période nouvelle, nous pouvons et nous devons relever le défi d’une grande politique communiste, unitaire, et plongée dans le mouvement

des idées et des luttes.

***

Si 2010 sera une année électorale, elle sera également pour nous une année de Congrès consacrée au changement de notre direction et à la transformation de notre parti.

Je veux évoquer d’un mot cette question de la transformation du parti et sur un seul sujet. Les années qui viennent de s’écouler ont été marquées par la réflexion autour des aspirations individuelles. Au fond, une partie de nos réflexions disait que nous devions nous adapter à la montée puissante et inexorable de l’individu et de ces désirs comme centre et principe de la construction de la société et s’agissant de nous, du parti. Le « toutindividuel » comme réponse à l’échec du « tout-collectif ».

Et bien je crois que nous avons fait fausse route. C’est une impasse. Si la visée profonde de Marx est bien la libération de toutes les capacités individuelles, si sa visée profonde est bien un changement de société qui permet la libération de chacune et de chacun, la condition de cette liberté nouvelle, c’est la capacité à coopérer, à mettre en commun, à partager. Au fond, le temps du « tout-à-l’ego » est derrière nous. Il n’y a pas d’avenir dans des formes d’organisation basées sur la domination d’une personnalité aussi éclairée soit-elle.

L’idée de « mise en commun », d’une dynamique de coopération est la condition d’une efficacité nouvelle de notre parti.

***

2010 sera donc une année électorale. Pierre Laurent l’évoquera dans quelques instant.

Permettez moi de vous dire quelques mots de notre tête de liste. Dans ma courte vie politique, j’ai eu à côtoyer de nombreux dirigeants. J’en connais deux espèces fondamentales. Le plumage évidemment change souvent, il existe une variété vaste mais le principe reste.

La première espèce, c’est ceux qui imposent leur autorité par la fonction. C’est une espèce assez répandue dont on espère qu’elle sera un jour en voie de disparition. En terme simple, je suis le chef et le chef a toujours raison. Et il existe une deuxième espèce fondamentale. Plus rare. C’est l’espèce de ceux qui prennent le temps d’écouter, de comprendre, d’argumenter avant de décider. C’est l’espèce de ceux qui savent qu’ils ne savent pas tout. Et ça, c’est Pierre Laurent. Et permet moi de te dire que c’est une qualité très agréable.

Alors, je veux avec vous, prendre un engagement en votre nom, au nom des communistes parisiens : tu peux compter Cher Pierre, Cher Éric, vous pouvez les colistiers de la liste compter sur l’engagement des communistes parisiens, nous allons tout faire pour casser la baraque !

***

Avant de conclure je veux saluer la naissance d’une nouvelle cellule d’entreprise qui s’est créée hier dans le 12e arrondissement au centre d’apprentissage Suzanne Masson et saluer les camarades présents. J’aimerai également vous dire que nous avons doublé par rapport à l’année dernière le nombre de nos nouvelles adhésions et que nous finissons l’année 2009 avec plus de cotisants qu’en 2008 !

Meilleurs voeux à vous, à vos proches, à nos combats communs !

A toi Pierre.

 

Publié dans Dernières nouvelles

Commenter cet article